[back]

Après avoir partagé la scène avec eux pour la deuxième fois dernièrement à Reims, il était temps de causer un peu des Enraged Minority dans LFAQ ? Ce soir-là avec Caserio, Contingent X et Quartier libre, ils nous avaient servi un excellent concert très énergique et communicatif (malgré le peu de monde présent) pour nous présenter leur premier album. En attendant de les écouter ou d‘aller les voir par chez vous, voici une rapide interview/présentation du groupe.

Pourriez-vous faire une présentation rapide du groupe ? Quand avez-vous commencé à jouer ensemble ?

Enraged Minority s’est formé à l’au-tomne 2007 avec Daniel au chant, Adrian à la guitare, Niklas à la basse et Harry aux baguettes. Après simplement 3 mois de répètes, nous avons joué notre premier concert tout à côté de chez nous. Seulement 4 semaines plus tard nous avons partagé une scène avec the Blaggers ITA, the Bayonets et d’autres très bons groupes. Depuis lors nous essayons de jouer aussi souvent que possible. En janvier 2010 Daniel (un autre) a remplacé Harry derrière la batterie. Nous avons fait quelques concerts avec lui avant de rentrer en studio en avril pour enregistrer notre premier album.

Quels sont les groupes qui vous ont donné l’envie de jouer de la musique (y compris des groupes allemands !) ?

Notre principale influence provient de la Oi! Anglaise et des groupes street-punk du début des 80’s ainsi que des groupes hardcore old school. Cependant nous incluons des parties plus rock’n’roll ou ska dans certaines de nos chansons. Si maintenant tu nous demandes de te citer des groupes qui nous ont vraiment marqués, on peut parler de the Oppressed, Brigada Florès Magon, Los Fastidios, Black Flag, Circle Jerks, Angelic Upstarts, Stage Bottles et Minor Threat.

Vous avez joué avec beaucoup de grands groupes tout autour de l‘Europe, quels sont vos meilleurs souvenirs de concerts ?

C’est une question difficile car nous avons joué jusqu’à présent une cin-quantaine de concerts et nous avons déjà connu pas mal de bons moments que nous ne sommes pas prêts d’oublier. Chaque fois que nous sommes sur la route pour aller jouer, il nous arrive des trucs délirants.
Les meilleurs soirées sont celles où l’on retrouve de vieux potes en buvant des bières et en se marrant toute la nuit. Un de nos meilleurs souvenirs c’est par exemple quand nous avons joué avec Angelic Upstarts à Schwäbisch Gmünd. La soirée s’est prolongée jusqu’au petit matin. Un autre souvenir qui va rester graver dans nos mémoires, c’est notre premier concert avec the Oppressed à Anvers. On a discuté et bu des coups avec eux toute la soirée et après le concert on a même entendu Roddy Moreno chanter notre chanson « Fence Sitter Cunts »… Autre grand souvenir quand on a joué à Düsseldorf en compagnie des gars des Blaggers pour l’anniversaire d’Olaf (Stage Bottles/Blaggers ITA). Le concert en plein air à Cazzago San Martino en Italie a été complètement fou car au moment où nous montions sur scène un orage terrible était en train de se rapprocher. On n’a jamais joué aussi vite parce que nous voulions jouer le plus de chansons possibles avant que l’enfer ne se déchaîne sur nos têtes. Au moment où nous avons entamé notre dernier titre il a commencé à tomber des hallebardes et le tonnerre a éclaté. Pourtant les gens ne sont pas partis et certains ont même allumé des feux de Bengale ! C’était fou ! On pourrait évoquer des dizaines d’autres super moments que nous avons connu ces trois dernières années.

Parlez-nous de la scène allemande : tout le monde connaît Stage Bottles, Loikaemie ou Freiboiter, mais quels sont
les groupes que vous aimeriez nous faire connaitre ? Desquels vous sentez-vous proches ?

C’est vrai que ces groupes sont excellents et dans le cas des Stage Bottles, ce sont même de bons potes. Il y a pas mal d’autres groupes allemands qui assurent vraiment bien comme Wasted Youth, Forbidden Kings, Tony Montanas, the Maladroits, Tora Bora et un groupe où officient Niklas et Daniel (batterie) qui s’appelle Radiated Men Eating the Flesh of Radiated Men.

Vous venez de Rheinfelden, une petite ville au sud de l‘Allemagne, quelle est la situation avec la pourriture fasciste dans votre ville ? En Allemagne ?

Depuis un ou deux mois, les fascistes ont repris du poil de la bête (immonde) dans notre région. Ils ont formé des groupes, affiché leur propagande, peint des slogans sur les murs, ont participé à des manifestations à travers l’Allemagne et même perpétré des attaques. Cependant en face nous avons un mouvement antifasciste puissant. L’Antifascist Action connait une grande partie des fafs et n’hésite pas à rendre publique leur identité. D’ailleurs on a eu l’exemple d’un de ces porcs qui avait commencé la fabrication d’une bombe afin de détruire un squat à Freiburg. Cette bombe était faite pour tuer. La police a réalisé une perquisition et cet individu a eu d’importants problèmes avec la justice.
Ce type de situations se retrouve dans d’autres régions d’Allemagne. Les fascistes gagnent un peu de terrain mais l’AFA est puissante.

Écoutez-vous seulement la musique skinhead ? Quelles autres sortes de musique appréciez-vous ?

Non, nous n’écoutons pas que de la ‘’musique skinhead’’. Chacun d’entre nous écoute des styles différents. Ce sont plus particulièrement Adrian et Daniel (chant) qui écoutent des musi-ques chères aux skins comme le ska, reggae, Oi!, street-punk mais aussi du hardcore 80’s et un peu de rap. Niklas et Daniel (batterie) sont plutôt branchés par le hardcore même si Niklas écoute aussi des trucs plus skinhead.

Pourquoi avez-vous choisi de chanter en anglais ?

Nous avons choisi de chanter en anglais car les textes sont importants pour nous et que nous voulons vraiment que les gens en dehors d’Allemagne puissent les comprendre. Cela n’aurait aucun sens d’écrire des textes en allemand pour ensuite les traduire en anglais afin d’être accessible à tous. Une autre raison c’est sans doute aussi que 90% des morceaux punk ou Oi! chantés en allemand ne rendent pas très bien… On n’a pas envie de grossir la tendance (rires) !

Vous avez récemment sorti un album excellent, mais est-ce vraiment votre premier disque ?

Merci ! En réalité nous avons enregistré 4 morceaux avec un ami à nous pendant le printemps 2009. Nous n’avions pas répété depuis quelques mois, jouant seulement en live, et nous voulions enregistrer ces quatre morceaux en une journée afin de faire une démo. Le jour dit, Harry et Niklas sont arrivés en retard et avec en prime un bon vieux mal de tête car ils avaient picolé toute la nuit. Ils ont mis beaucoup de temps à installer les micros et à les régler le mieux possible. C’est pourtant avec ces quatre titres, enregistrés en quelques heures dans un sous-sol moisi rempli de bouteilles de bière vides et dans les pires conditions acoustiques que l’on puisse imaginer, que nous avons décidé de chercher un label prêt à sortir notre premier album. Avec chance, Steffen de Diffidati records s’est montré intéressé avant même que l’on ait besoin de contacter d’autres labels. On a donc décidé de faire l’album avec lui.

Ce disque a été co-produit par Casual records, label français « from the east side » que nous connaissons bien, comment les avez-vous rencontrés ?

Julien de Casual records nous avait vu jouer avec Angelic Upstarts au ‘‘Unity means power festival’’ à Schwäbisch Gmünd et nous a alors proposés de jouer le 1er mai en Alsace pour la CGT. Nous avions certains de nos enregistrements sur CD, nous lui avons donné une copie en lui précisant que nous cherchions un label français. Il a écouté les morceaux, il a aimé et nous a alors indiqué que Casual records était partant pour participer à la réalisation de l’album et à sa distribution en France.

Quels sont les groupes que vous aimez dans la scène française ?

Comme dans tous les pays, la France a son lot de très bons groupes. On peut citer par exemple les groupes affiliés au RASH-Paris comme Brigada Florès Magon, Ya Basta !, Brixton Cats ou Cartouche. On aime bien aussi Red Kick, Skuds and Panic People, Redweiller, Jeune Seigneur, Hors Contrôle, 8°6 crew ou alors de plus vieux groupes du style Wunderbach, Al Kapott ou Bérurier Noir. Contingent Anonyme et Quartier Libre sont aussi deux excellents groupes, mais pour ce qui concernent ces derniers ils sont sur Randale records qui n’est vraiment pas un label que nous apprécions car il a sorti des daubes peu reluisantes comme Ultimo Asalto. Les gars de Quartier Libre n’ont bien évidemment rien à voir avec ça, ce sont des mecs bien et ils ont par exemple joué en soutien au RASH Moscou, mais on regrette qu’ils soient sur ce label franchement pas terrible.
On voudrait aussi dire un mot à un autre groupe français nommé No Guts No Glory : « Si vous ne nous renvoyez pas notre bien, nous considérerons ça comme étant du vol… » Dans ce cas notre prochaine rencontre risque d’être douloureuse pour vous !

Quels sont vos projets pour 2011 ?

On ne s’est pas fixé d’objectifs pour 2011. On voudrait écrire de nouvelles chansons et travailler sur un nouvel album, jouer autant de concerts que possible et pourquoi pas faire une tournée puisque nous avons dû annuler celle qui était prévue cette année dans les Balkans à cause du changement de boulot de Daniel. Mais sinon, comme on l’a dit juste au-dessus, on n’a pas de projets à long terme… Alors n’hésitez pas à nous contacter pour nous faire jouer !

Vous savez un peu parler français ? Je crois me souvenir que votre chanteur connait quelques expressions françaises…

Mr. Fab de Quartier Libre dit qu’Adrian parle bon français (mieux que Contingent X dans leur langue maternelle hi!hi!) Le vocabulaire de Daniel (Chant) est: « Nique les flics », « Je veux une bière », « Ferme ta gueule », « Police partout justice par nulle », « J’ai une bite comme un cheval », « Tu as un bon cul » et « Voulez-vous dä Ranze voll ?».

Quelqu’un m’a raconté que l’un d’entre vous s’est retrouvé avec un bronzage de hippie après une blague de ses amis…Vous pouvez m’en dire plus à propos de cette histoire ?

Next question please ! (rires) Bon alors il y a quelques années Daniel (chant) et Harry ont participé à une fête d’anniversaire au bord d’une rivière avec barbecue et une grande quantité de bière. Daniel a bu jusqu’à l’aube et s’est endormi sous le soleil. Comme Harry voulait nettoyer l’endroit et que son pote était en train de dormir, il a fabriqué un ‘’peace and love’’ avec un journal et l’a placé sur le dos nu de Daniel. Après plusieurs heures, celui-ci s’est réveillé avec un beau bronzage et un magnifique ‘’peace and love’’ dans le dos. Ça l’a rendu dingue et même si au départ il voulait mettre un pain au plaisantin, tout a fini par un bonne rigolade.

Quelque chose à ajouter ? Le mot de la fin est pour vous…

Merci pour l’interview et toutes ces bonnes questions, merci à Steffen de Diffidati records, Julien de Casual records et Christian d’Anfibio records. Salutations aussi à tous nos amis et ceux qui nous supportent ! Bonne continuation à vous et au « La Faute à Qui ? Crew » !
Always antifascist !
Cheers – Enraged Minority

[back]